LE CERCLE DES POÈTES DÉTENUS

10 avril 2009

in Umbria

Filed under: Claude Villata,LES POÊTES DÉTENUS — webmaster @ 1:21
Tags: ,

Sous les ormeaux d’Italie
une esplanade de village
déploie sa mélancolie
par un sale temps d’orage ,

et de toutes jeunes filles,
jouent encore à leurs marelles
devant les torsades de grilles …
de tout cela tu te rappelles ?

On allait jouer le soir
à l’auberge des trois moineaux
des airs de violons un peu noirs
qui faisaient grincer leurs os…

dehors s’attardait la pluie,
la pluie d’hiver sur les jardins
enserrés dans les bras gris
d’un brouillard sourd à nos refrains.

Puis l’on rejoignait les hangars ,
nos feux de campement tzigane
où les grondements des guitares
les coups de talons des gitanes,

martelaient aux échos de plaine
ce long douloureux cri d’amour,
comme un hurlement de haine
de la nuit qui voudrait le jour.

Te souviens-tu ? … après la mort
du vieux qui s’était pendu
comme on avait cherché son or,
avec les filles de la tribu

qui avaient volé ses chevaux…
puis brûlé l’antique verdine
au milieu du champ de pavots
où elle avait pris racine .

Claude villata

About these ads

Laisser un commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Thème Rubric. Propulsé par WordPress.com.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d blogueurs aiment cette page :